FrenchEnglish

 

 

Suivez-nous

Mes publications

Commander sur
Editions L'Harmattan

Commander sur
La Fnac

 

Commander sur
Editions L'Harmattan

 

Commander sur
Editions EMS

Talents

Marc HOUDAYER
Webmaster

Anne-Françoise COCHET
Correctrice

 

Soutenir

Levantine Institute of Tripoli

 

 

Kayany Foundation

Pour en savoir plus

 

 

 

Bibliothèque Orientale de Beyrouth (BOB)



FONDS DE LA BOB :


- Fonds photographique
- Fonds cartographique
- Fonds de manuscrits

Pour en savoir plus :

Brochure PDF en français
Brochure PDF en arabe

Association des Amis de la BOB

Dans les medias

 

Lire et écouter

Galerie

Sites partenaires

Les clés du Moyen-Orient

 

Middle East Strategic Perspectives est un cabinet de conseil basé à Beyrouth dont les activités couvrent les marchés du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

Vous êtes ici

Accueil > Publications > Ouvrages > La géopolitique: un outil > Préface
Préface Imprimer Envoyer

Préface Par Luc Boyer, Directeur de Recherche Université de Paris-Dauphine

 

La Géopolitique, science aux multi-facettes (politique, sociale, économique, militaire, ethnique…) n’a pas toujours suscité la sympathique curiosité ou la considération qu’elle a aujourd’hui. Sans doute parce qu’on lui a pendant longtemps reproché implicitement d’être une science d’inspiration allemande.

J’appartiens à cette génération qui pendant toute la 2° partie du 20° siècle a été baignée par la géopolitique, tant nous avons vécu, parfois de façon dramatique, l’utilisation souvent détournée à des fins militaires avec des moyens extrêmes, de cette science. L’admiration réelle d’Hitler pour ses fondateurs en est une illustration. L’usage idéologique qu’il en fit, fournit un « exemplaire » cas d’école. Yalta, l’expansionnisme soviétique, le plan Marshall, les crises pétrolières des années 70, les divers conflits du Moyen-Orient, l’éclatement du bloc soviétique…sont autant d’illustrations d’une géopolitique appliquée.

Je me souviens, en 1979, après moult difficultés, que l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale auquel je participais, nous a envoyés pendant un mois faire une étude Géopolitique de la Chine, à peine 3 ans après la mort de Mao Zédong , alors qu’une inflexion vigoureuse était donné vers « un socialisme de marché » par le nouveau maître de la Chine, Deng Xiaoping. Ce dernier nous fit, un jour, où nous abordions avec lui les risques (réels à l’époque) ou les conséquences d’un conflit avec l’Union soviétique, une éblouissante démonstration géopolitique. Cet homme, à la tête du plus grand Etat du monde (je n’ose pas dire pays), avait, me semble-t-il, pratiquement tout compris, tout retenu des illustres anciens comme l’initiateur du taoïsme, contemporain de Confucius, ce géopoliticien avant l’heure que fut Lao-Tseu.

Nous qui venions de passer une année à assimiler théoriquement et concrètement les concepts de la Géopolitique, nous découvrions en quelque sorte, en paraphrasant Denis Touret (Paris XII), les choix stratégiques d’un des plus grands opérateurs mondiaux, fondés sur les caractères objectifs de la géographie physique et humaine.

Ethymologiquement, la Géopolitique est une science qui étudie les implications politiques de la géographie. Elle apparaît à la fin du 19° siècle, début du 20° siècle, en particulier en Allemagne avec Ratzel, influencé par Hegel, le darwinisme social, comparant l’Etat à un être vivant. Celui-ci, pour se développer a besoin d’un espace de vie ou espace vital. Le régime nazi récupèrera cette vision cartographique du monde, voire d’une espèce de hiérarchie raciale correspondante des peuples. D’autres Ecoles (américaines, anglaises et surtout françaises) contesteront l’approche allemande et son déterminisme.

Heureusement, depuis 50 ans, la Géopolitique, grâce aux travaux de nombreux chercheurs, a retrouvé toute sa place, liant géographie politique et géographie humaine, ouvrant son champ de réflexion- dans un contexte de vulgarisation- à bien d’autres applications qu’à la seule stratégie militaire.

Plus fondamentalement, le cadre spatial, le territoire avec la conception devenant vite abusive de « patrie » éclate sous nos yeux avec l’apparition de nouveaux espaces comme celui –transnational- politique, économique ou culturel. Le temps, deuxième approche traditionnelle de la Géopolitique, éclate lui aussi au profit d’un temps indéterminé, de plus en plus incertain, débouchant sur un abandon partiel, progressif, de la prévision au profit d’une vision plus prospective , plus systémique privilégiant les scénarios, les futurs possibles à des avenirs probables. Le postmodernisme, ici encore, nous conduit à une nouvelle vision, certes plus complexe de la Géopolitique. L’entreprise devient peu à peu partie prenante de cette discipline au point d’en devenir un des principaux acteurs.

A ce stade, il fallait qu’un chercheur et un praticien de la Géopolitique accepte de nous présenter, de façon accessible à tous, pour notre usage de formateur, d’étudiant, de responsable d’entreprise... la Géopolitique, dans toute son actualité.

Remercions Carole André-Dessornes d’avoir relevé ce pari difficile. Disons d’entrée que celui-ci est largement gagné. Ses développements, d’une grande érudition, sont toujours très pédagogiques et on se laisse entraîner sans peine tout on long de son livre dont il est difficile, une fois commencé, de se détacher.

Trois parties structurent l’ouvrage. Dans la première partie, l’auteur –comme il se doit – nous définit clairement, dans le contexte historique, le concept de Géopolitique. Pas de doute que ses études avancées d’historienne à la Sorbonne lui ont été d’un bon secours pour donner à ce premier chapitre la rigueur dont nous avions besoin.

La deuxième partie nous ramène plus précisément à la problématique du livre : l’Entreprise et la Géopolitique et plus particulièrement le concept de risques que les acteurs de l’entreprise peuvent cerner par un éclairage géopolitique.

La dernière partie est plus didactique : l’auteur nous propose des pistes, des solutions applicables à l’entreprise face à ces risques que la Géopolitique aura fait émerger.

A l’évidence l’intérêt de l’ouvrage est d’abord dans l’apport théorique et pratique ; il va –et le lecteur l’appréciera– bien au-delà. De nombreux exemples, cas, citations toujours bien utiles et éclairantes facilitent la compréhension et apportent ces ruptures de rythme, rendant ainsi encore plus aisée la lecture. Des annexes ("atlas" géographique, campagnes terroristes contre les intérêts français, présence des grandes entreprises françaises dans le monde, mots-clés…) bien documentées terminent heureusement le livre.

Carole André-Dessornes, vous l’avez compris, nous propose une contribution de grande qualité destinée, au delà d’un public plus ou moins spécialisé, aux esprits curieux souhaitant mieux comprendre et interpréter leur environnement et celui de leur entreprise. Nous remercions l’auteur de cet apport dont nous saurons faire bon usage et Corlet Editions de l’avoir mis à disposition de chacun.

scroll back to top
 

(C)

Copyright © 2017 GEOPOLDIA. Tous droits réservés.
GEOPOLITIQUE | ENTREPRISE | LIBAN | GEOPOLITICS | FIRM | LEBANON